9 mai 2010

Ne paniquons pas, voyons : il s'agit juste de s'enfuir de la manière la plus désorganisée possible

Voilà, voilà, les Britanniques ont voté, les résultats ont été confirmés il y a  quarante-huit heures, et ils n'ont toujours pas l'ombre de l'idée de comment commencer à réfléchir à faire un gouvernement . Bon, j'exagère un brin, mais à peine, je vous assure. Les marchés financiers, heureusement fermés pour le week-end, et malheureusement déjà pas mal secoués par les évènements grecs, vont jouer les montagnes russes . La livre a fait un plongeon vendredi... et s'il n'y a pas d'annonce de gouvernment demain, euh... Si vous avez des dollars, c'est p'tet le moment d'acheter de la sterling . Ou p'tet pas . Allez savoir .

Les résultats

Au Royaume-Uni, le seul moyen d'obtenir le droit automatique de former un gouvernement est de gagner la majorité absolue des sièges de la Chambre des Communes aux élections législatives, soit 326 sièges . Tout autre hypothèse laisse le champ ouvert aux négociations entre partis et aux discussions très privées avec la Reine . En attendant, le Premier Ministre sortant, en l'occurrence Gordon Brown, peut ou non rester à son poste . Nous sommes dimanche 9 mai, il est 15.32 et que je sache, il n'a pas démissionné .

Et pourtant, il y a un parti largement majoritaire aux élections, aussi bien en sièges qu'en votes : En effet, les résultats sont très clairs :

Conservateurs : 306 sièges et 36.1% des voix
Travaillistes : 258 sièges et 29% des voix
Libéraux Démocrates: 57 sièges et 23% des voix
Unionistes Democrates : 8 sièges et 0.6% des voix
Nationalistes Ecossais : 6 sièges et 1.7% des voix

Petits calculs - Comment arriver à plus de 326 sièges ?
Conservateurs (306) + Libéraux Démocrates (57) = 363
Conservateurs (306) + Travaillistes (258) = Dictature
Travaillistes (258) + Libéraux Démocrates (57) = 315 -> Essai non transformé
Travaillistes (258) + Libéraux Démocrates (57) + Unionistes (8) + Nationalistes (6) = 329 -> Tout ça pour ... ça ?




Les deux options réellement viables

La première option est que David Cameron forme un gouvernement minoritaire Conservateur, sans coalition avec d'autres partis . S'il choisit cette option, il sait déjà qu'il aura beaucoup de mal à gouverner, puisque pour chaque décision qui requiert un vote parlementaire, il devra former des accords ad hoc avec tel ou tel autre parti afin d'obtenir la majorité des votes à la Chambre des Communes . Un tel mode de gouvernement n'est pas soutenable à long terme.  C'est pourquoi, s'il est sage et bien conseillé, David Cameron ne choisira cette option QUE s'il est CONVAINCU qu'il pourra obtenir la majorité absolue à de nouvelles élections organisées plus tard cette année . A titre comparatif, sachez qu'aux élections de 1974, qui n'ont pas donné de majorité absolue non plus comme je vous l'avais expliqué la semaine dernière, le leader Travailliste Harold Wilson a choisi cette option alors qu'il avait obtenu seulement 301 sièges à la Chambre . Et ça avait roulé pour lui, puisqu'aux élections d'octobre 1974, il a obtenu tout juste une majorité absolue avec 318 sièges . Oui, parce qu'à ce moment là, il y avait non pas 650 mais 635 membres de la Chambre... Mal au crâne ? Moi, oui .

La deuxième option raisonable (oui, je vous le répète, je ne parlerai que des options raisonables et pas des contes de fées) serait pour David Cameron de s'associer aux Libéraux Démocrates, en faisant avec eux des accords préalables sur la future législation à faire passer au Parlement, et en leur offrant des postes au Gouvernement . A l'heure qu'il est, ils sont en train de discutailler ensemble, et nul doute que les couteaux sont tirés sur la pomme principale de discorde entre les deux partis : La Réforme Electorale .

La réforme électorale

Les Libéraux Démocrates veulent une modification du mode de scrutin afin d'y introduire une dose de proportionalité, ce qui permettrait à leur parti d'obtenir un nombre de sièges plus en accord avec le nombre de voix qu'ils récoltent au niveau national . En effet, avec 23% des voix au compteur, ils n'obtiennent que 8.8% des sièges de la Chambre des Communes. Les Travaillistes, qui ont 6% de votes en plus, ont obtenu 39.7% des sièges ! Non mais quoi, toute considération politique mise à part, il faut corriger tout ça, et il s'agit là d'une belle opportunité démocratique . Sauf que, bien entendu, les Conservateurs ne l'entendent pas de cette oreille. Enfin, pas tous, Douglas Carswell, un député Conservateur qui vient d'être réélu à Clacton, a soutenu hier dans son blog l'introduction de proportionalité dans le scrutin . +1, comme on dit sur Twitter !

L'opinion publique irait également dans ce sens. En effet, selon un sondage organisé par ICM et The Telegraph le 8 mai, 48% des répondants étaient en faveur de la proportionnelle... et seuls 39% souhaitaient conserver le système majoritaire actuel .


Des résultats mis partiellement en doute

Il faut aussi savoir que les résultats des élections du 6 mai sont partiellement remis en doute dans certaines circonscriptions par des allégations de fraude, dont certaines assez graves. Il semblerait que depuis vendredi, la police aurait recu 81 plaintes en cours d'enquête... Certains commentateurs parlent de conditions de scrutin dignes d'une république bananière ou d'un pays du tiers monde . Des observateurs kényans qui ont suivi le scrutin du 6 mai ont même dit que le système électoral britannnique est moins sûr que celui du Kenya et serait celui du monde le plus vulnérable à la corruption, parce qu'il est fondé sur la "confiance" et n'exige pas de vérification de l'identité des votants . Je confirme : je suis allée voter pour les élections locales qui se tenaient également le jeudi 6 mai : je n'avais par ma carte d'électeur parce que mon Council ne me l'avait pas envoyée, et je n'ai dû présenter aucune forme d'identification . Spooky .

On n'a pas fini de se marrer,

Isabelle Otto


2 commentaires:

M1 a dit…

Moi je dis qu'avec Cameron et Clegg, les anglais n'auront pas un mais deux Sarkozy ! : ) Allez, je dis qu'un gouvernement Cameron ne tiendra pas 6/8 mois !

elleonthego a dit…

Enfin ,heureusement on n'est pas aussi mal barrés que les Belges.Bien triste ce qui se passe là-bas.

Anyway,being British,you just know it will all be fine,mustn't grumble,let's put the kettle on...